La confiance des Français dans la signature électronique 

La pandémie mondiale et le passage au télétravail ont totalement bouleversé les habitudes de travail et de communication des Français. Et pour cause, en seulement quelques mois, les entreprises ont dû permettre à leurs salariés de travailler depuis leur domicile. Faire confiance aux canaux numériques s’est alors avéré l’unique solution pour survivre à la crise. Au cours de cette transformation numérique, la signature digitale s’est également imposée afin de simplifier la signature des documents à distance. Mais ce changement n’a-t-il pas été trop rapide ? Zoom sur les chiffres et statistiques concernant la confiance dans la signature électronique et dans le numérique !

De nouvelles habitudes numériques depuis la pandémie

Alors que le coronavirus gagnait du terrain, l’annonce du confinement en mars 2020 a été un réel bouleversement pour les entreprises. Et pour cause, le télétravail a dû être mis en place dans l’urgence. Ainsi, 65 % des internautes déclarent avoir davantage utilisé Internet pendant le confinement, dont 42 % dans un cadre professionnel. Aujourd’hui, ce sont 29 % des Français qui travaillent “souvent” ou “toujours” depuis leur domicile.

Mais qui dit transformation digitale dans l’urgence dit aussi dans l’approximation. Les travailleurs sont soudainement devenus dépendants du numérique, sans aucune préparation. Et les cybercriminels en ont profité. Ainsi, le nombre d’attaques pirates, et plus précisément de phishing ou d’hameçonnage, a explosé. Google annonce même avoir bloqué plus de 18 millions de logiciels malveillants et d’e-mails de phishing par jour en avril dernier.

Une défiance envers le format numérique

Près d’1 Français sur 2 méfiant

Au vu des précédents chiffres, il n’y a rien de surprenant dans le fait que 42 % des Français affirment être devenus plus prudents en renseignant leurs informations personnelles en ligne. Et ce, notamment vis-à-vis des :

  • e-mails de phishing (45 %)
  • fuites de données sensibles (41 %)
  • deepfakes, soit la diffusion de fausses informations (39 %)

Leur principale crainte ? L’usurpation d’identité (21 %), devant les logiciels malveillants et les fuites de données.

Les raisons de la méfiance envers les sociétés en ligne

L’utilisation intentionnellement abusive ou la vente de données personnelles restent les deux principaux facteurs de méfiance de la part des Français envers une marque. Ainsi, près d’1 Français sur 4 affirme ne plus avoir confiance en une entreprise ou une marque suite à une fuite de données ou un événement similaire. Cela entraînerait même un arrêt définitif du recours aux services d’une telle société pour 43 % d’entre eux. Mais ce n’est pas tout ! En plus de constituer des problèmes sur le plan de l’éthique, ces pratiques sont également réprimandées par l’organisme de contrôle du RGPD en France, soit la CNIL.

Dans cet environnement de défiance extrême, inspirer confiance est alors devenu un élément essentiel dans la réussite des marques. Ainsi, 78 % des Français n’effectueraient pas d’achats auprès d’une entreprise qui ne leur inspire pas confiance. Et pourtant, 22 % des salariés français estiment que leur employeur n’a rien fait jusqu’ici pour lutter contre la prolifération des menaces en ligne liée à la pandémie... Ce pourcentage est particulièrement élevé dans les secteurs de l’art et du divertissement (35 %), de l’immobilier (32 %), mais aussi de l’éducation et du juridique (29 %).

Regagner la confiance dans la signature électronique

3 critères de confiance

Heureusement, en tant qu’employeur, vous disposez de solutions pour regagner la confiance de vos collaborateurs et de vos clients. Tout d’abord, en renforçant les applications et technologies de sécurité utilisées par votre société. Cela peut être l’authentification électronique multifactorielle (adoptée à 30 %) ou encore l’amélioration des formations accessibles au personnel (adoptée à 22 %).

Mais faire ne suffit plus ! Il faut également communiquer et faire preuve de transparence quant à la collecte des données personnelles. En effet, 8 % considèrent l'éthique comme facteur le plus important pour inspirer la confiance, en particulier l'éthique en matière de gestion des données privées. Par ailleurs, 61 % des Français souhaitent l’utilisation d’une identité numérique certifiée pour renforcer la confiance dans le cadre d’une relation commerciale.

Dernier point, mais non des moindres : le service client. 32 % des personnes interrogées en France estiment que la fiabilité du service client est le critère le plus susceptible de leur inspirer confiance dans une marque digitale. 

DocuSign, tiers de confiance pour signer électroniquement

Notre solution de signature électronique sécurisée remplit l’ensemble des critères pour apporter confiance à vos collaborateurs et à vos clients. Tout d’abord, notre logiciel de signature numérique répond aux normes de sécurité européennes, américaines et mondiales les plus strictes. Pour ce faire, nous utilisons notamment les technologies de cryptage et de chiffrement de données les plus performantes. Vos documents signés numériquement sont donc sécurisés.

Par ailleurs, nous faisons preuve d’une grande transparence sur la gestion des données utilisateurs. Vous pouvez notamment retrouver l’ensemble de ces informations au sein de notre Politique de confidentialité. Notre statut de Prestataire de Services de Confiance Qualifié (PSCE), répertorié au sein de la Trust List européenne, nous permet également de proposer le plus haut niveau de sécurité en matière de signatures électroniques, à savoir la signature qualifiée. Cette dernière repose alors sur la délivrance d’un certificat de signature par voie électronique. Ce dernier associe chaque signature dématérialisée à une personne physique ou au représentant d’une personne morale afin d’éviter tout risque d’usurpation d’identité du signataire.

Essayez gratuitement notre outil de signature pendant 30 jours et reprenez confiance dans la signature électronique !

*L’ensemble des statistiques présentes au sein de cet article sont issues du Digital Trust Index Okta et du Baromètre de la confiance des Français dans le numérique.

Publié