Jusque dans les années 70, la téléphonie mobile se limitait aux téléphones installés dans les voitures. Ceux-ci, pesaient environ 18 kg, et consommaient une énergie telle qu’ils ne pouvaient être utilisés que lorsque le moteur de la voiture était allumé.

C’est donc en 1973, que le docteur Martin Cooper, directeur de la recherche et du développement chez Motorola, développe le premier prototype de téléphone portable, le Motorola DynaTAC 8000x, qu’il testera dans les rues de New York. Ce premier téléphone pesait 783 grammes pour 25 centimètres de longueur et une antenne mesurant 13,5 centimètres. Par ailleurs, sa batterie offrait 30 minutes d’autonomie pour presque 10 heures de chargement.

Pour le faire fonctionner, Motorola a eu besoin de se raccorder à un réseau mobile. C’est ainsi qu’est né l’accord entre la Federal Communications Commission (FCC) et Motorola, visant à installer le premier réseau mobile DynaTAC dans la région de la ville de New York.

Le fonctionnement du DynaTAC était une première. Lors d’un appel, le téléphone envoyait des signaux à un récepteur radio, qui les transférait à un ordinateur central, qui les passait au réseau téléphonique analogique ordinaire. La collaboration entre la FCC et Motorola a ouvert la voie au premier réseau mobile mondial, donnant naissance non seulement à une révolution technologique mais sociale. En effet, grâce à Motorola, le téléphone mobile est passé d’un bien de luxe à un moyen de communication essentiel pour des milliards de personnes.

Tags