Etes-vous une entreprise digitale ? Comment se passe la transformation numérique au sein de votre entreprise ? Dématérialisez-vous vos factures, vos fiches de paie, vos contrats, vos notes de frais?

Sous tous ces vocables repris comme un mantra par les éditorialistes divers et variés de l’ancienne et nouvelle économie ou les experts de l’économie numérique, comment peut-on définir ce qu’est une entreprise numérique ?

Beaucoup d’entre eux l’ont écrit, il s’agit d’une révolution technologique qui touche l’ensemble de la société. Société mot dont l’étymologie signifie compagnon, associé, un groupe d’individus bien souvent regroupés par un ou plusieurs points communs ou centre d’intérêts, ne dit-on pas faire société, vivre en société, la bonne société, la société du spectacle, les sociétés secrètes, la société civile, les sociétés savantes, la société des nations, la société numérique.

Et si l’entreprise numérique n’était tout simplement qu’une nouvelle organisation d’hommes et non pas uniquement des machines reliées entre elles par des tuyaux se chargeant de véhiculer des informations produites par des logiciels.

Il s’agit donc de réorganiser la structure de son information, sa transmission, ses actions et interactions au sein et à l’extérieur de l’entreprise.
Tout au long de notre histoire, nous nous sommes adaptés aux nouvelles découvertes technologiques et bien souvent celles-ci ont transformé nos organisations, nos moyen de communications, nos économies, nos vies, nos rapports aux autres.

Cette transformation qu’on appelle transformation numérique ou digitale change fondamentalement notre vie quotidienne.

Il y a peu de temps, je lisais le rapport pour une clarification du bulletin de paie transmis en juillet dernier au gouvernement.

Les annexes de se rapport sont édifiantes de la réticence et résistance aux changements de part à la fois de certaines centrales représentantes des salariés mais également des représentants des entreprises.

« Il s’avère, en définitive (expérience de la Société Générale qui a le recul suffisant pour nous faire part de son expérience), que la dématérialisation neutralise les coûts de l’édition et de l’envoi d’un Bulletin de Paie papier classique. La dématérialisation ne constitue pas un gisement d’économie »

Ou bien encore « Outre cet aspect économiquement neutre, la dématérialisation pose des problèmes relatifs à la sécurisation des données stockées »

Bien entendu, ils ne sont pas tous contre la dématérialisation mais faute d’avoir les bonnes informations sur le sujet, leur attitude reste prudente.

Mais, quand un des principaux représentants des TPE/PME qui représentent 2/3 de nos entreprises, se permet d’indiquer :

« La CGPME tient à réaffirmer qu’à propos de cette thématique, la question du coût est incontournable : la dématérialisation, si elle était mise en place, ne devrait pas générer de coût supplémentaire pour les TPE/PME. Or, tel n’est pas le cas : les solutions de « coffres forts » électroniques présentent un coût qui est loin d’être anodin et qui augmente en fonction de la durée de conservation des documents… »
S’ensuit une litanie de contradictions et de simplifications, on passe de la fracture numérique à la dépossession du pouvoir du dirigeant.

Je suis effaré ? , car je vous le dit tout net, certaines ne survivront pas à cette nouvelle révolution, raison de plus pour s’y mettre au plus vite.

J’ai dépassé la cinquantaine, je ne suis donc pas de la génération ‘’digitale’’. J’accumule des fiches de paie depuis 1980. Enfin, presque. Certaines ont disparu suite à plusieurs déménagements.

Depuis 3 ans, j’ai opté chez Docusign France pour le Bulletin de Paie électronique. J’ai mon coffre-fort électronique. Elles sont signées électroniquement, je ne peux donc pas les modifier. A l’ouverture du PDF par Adobe Reader ce dernier me signalerait la modification. C’est imparable, je peux imiter une signature manuscrite et faire un faux sans que personne ne s’en rende compte, je ne peux pas avec une signature électronique. Quand, j’ai besoin de transmettre une copie de fiche de paie, c’est très simple, je fais une copie du fichier. Il s’agit donc toujours d’un original, la copie du fichier emporte les qualités intrinsèques à la signature électronique. En plus de l’intégrité du document, elle conserve également les éléments sur le signataire, le prestataire, l’heure, la date, l’autorité de confiance.

Pour la transmettre, j’utilise un autre service de ma société, Letreco, la lettre recommandée électronique. Je vous en reparlerai dans un autre billet.
Georges Muñoz

(Visited 503 times, 1 visits today)

Tags