Dans ce post je vais essayer d’expliquer pourquoi il est urgent pour un CDO ou pour n’importe quel autre membre d’un Comité de direction de n’importe quelle entreprise de s’intéresser à la signature électronique (dite aussi signature numérique).
Principalement pour trois raisons :

  1.  Car c’est un premier petit pas vers la transformation digitale de son entreprise
  2.  Parce que ça peut vous permettre – à-vous comme à vos concurrents d’ailleurs – d’inventer de nouveau business model – disrupt or be disrupted)
  3.  Pour ne pas perdre les Millenium

Mais allons dans l’ordre !

La signature numérique est un premier petit pas facile vers la transformation digitale de son entreprise

Big data, CRM, Real Time Marketing, IoT, analytics, mobilité, data scientists, blockchain, marketing Automation sont tous des technos ou des concepts ou des outils qui vont vous permettre d’aller vers l’avant dans votre quête de digitalisation de votre entreprise. Mais avant tout il faudrait déjà éliminer le papier de vos bureaux et de vos interactions en interne comme en externe, non?

Quel est le cout de tout cette paperasse, d’archivage, de numérisation, de retrouver l’information cherchée, de ne pas faire les notes de frais en format papier, les piles de contrats et documents à faire signer par le DG ou par le directeur financier?
La signature numérique est une technologie simple à mettre en place qui peut vraiment fluidifier la circulation de l’information et faire accélérer tous les circuits de validation interne ou de signatures même avec des personnes externes à la société. Je souligne qu’il s’agit de quelque chose qui est facile à mettre en place et facile à utiliser ; envoyer un document à quelqu’un pour signature n’est pas plus difficile qu’envoyer un email via son gmail.

Il s’agit donc d’un « quick win » qui n’a même pas besoin d’un investissement initial car aujourd’hui la signature numérique est un service en mode cloud et le coût du service est donc proportionnel  à l’usage – pas de coûts d’installation  à payer. Je ne suis pas en train de dire qu’il faut lancer un projet de signature électronique car c’est un quick win – je dis juste que le fait que cela soit un quick win est un point à prendre en considération. Surtout si l’on est au début d’une réflexion de transformation numérique et si l’on cherche des choses concrètes à pouvoir montrer déjà dans les fameux premiers 100 jours.

Grâce à la signature électronique de nouveau business models sont désormais possibles

La signature n’est pas juste de la digitalisation de processus existants – même si cela est déjà très utile (pensez par exemple aux personnes du service financier qui sont dédiées à la vérification des notes de frais et à la ressaisie manuel des dépenses dans leur outil de compta) car cela peut aussi aider à la création de nouveaux processus entre différents départements – pour un vrai partage de l’information entre départements qui aujourd’hui trop souvent marchent en silos. Voir le post « Un des bénéfices méconnus de la signature électronique pour une société : arrêtons de travailler en silos ! » pour creuser ce point.
Mais parfois – et cela devient encore plus intéressant – la signature numérique peut permettre à des sociétés ou à des nouveaux entrants d’inventer des nouveaux business models. On a permis à des banques ou des assureurs de se lancer dans des services purement online car grâce à la signature électronique nous avons facilité l’accès aux services et aux produits financiers de ces sociétés (on nous reporte un +50% des taux de transformation des contrats en ligne par rapport à l’approche classique :qui consistait à demander aux clients d’imprimer le contrat, le signer et de le renvoyer par la poste).

On a permis à plein d’autres services d’être 100% distribués online (je pense à la location de service multimédia, à la location d’outils, à la signature de contrats d’assurance ou d’extension de service…).

Une banque qui fait beaucoup parler d’elle en ce moment est Metro Bank au UK, une banque nouvelle qui s’est construite sur un business purement digitale – du front end jusqu’au back end tout est automatisé, tout est 100% numérique… et aujourd’hui Metro Bank est en train de prendre beaucoup de part de marché par rapport à des acteurs historiques.

Quel sera le prochain secteur à se réinventer grâce à la signature électronique ?

La signature numérique vous permet de rester une marque attractive pour les Millenium

La nouvelle génération dont on parle tant en ce moment car enfin elle arrive à l’âge adulte est à prendre en compte. Il faut désormais penser à eux à la fois comme des nouveaux clients et comme des prochains employés.

Il s’agit d’une génération de personnes qui ont toujours vécu dans le numérique. Cette génération fait attention à des choses différentes par rapport aux générations plus âgées. Un service lent, un papier à remplir dont on ne comprend pas l’intérêt où il faut donner des informations déjà données, une expérience utilisateur pas optimisée sont tous des points qui insupportent les milleniums et qui peuvent les pousser à acheter les produits/services d’un concurrent et/ou d’aller travailler pour une société 100% numérique. *

Par exemple, des clients de DocuSign qui utilisent la signature électronique dans leurs services RH m’ont remonté personnellement avoir pu embaucher des « perles rares » qui leur ont avoué avoir reçu plusieurs offres la même semaine et avoir accepté leur offre car la société – à la différence des autres qui demandaient d’imprimer le contrat, le signer et le renvoyer par la poste – a tout de suite gagné des points à leurs yeux en leur envoyer le contrat à signer électroniquement, en un clic. Ces  entreprises ont tout de suite donné l’impression d’être plus dans le numérique, d’être plus dynamiques.

Pour plus d’info sur les differentes solutions de signature numérique de DocuSign cliquez ici

(Visited 270 times, 1 visits today)

Tags