L'Histoire de l'Innovation en 50 accords : Les disrupteurs et game changers

Histoire de l'Innovation en 50 accords

Malgré les efforts, le processus d'innovation est encore, dans l'ensemble, opaque. Il existe une école de pensée qui se concentre sur les individus isolés. Le mathématicien dont les murs de son bureau sont couverts d'équations complexes. L'entrepreneur qui saisit un imprévu par hasard. L'informaticien qui écrit un code dans la nuit dans le sous-sol de ses parents... Ces francs-tireurs sont positionnés comme des figures solitaires qui déterminent le changement par leur seule volonté et leur persévérance. Ils ont marqué l'histoire de l'innovation et l'ont même changée.

Par Greg Williams, Editeur en Chef de Wired UK

 

L'Histoire de l'innovation dans le monde des entreprises

L'industrie technologique célèbre à juste titre Steve Jobs pour avoir mis l'iPhone sur le marché. Mais ce produit révolutionnaire n'a été possible que parce que les accords conclus au fil des ans. Des accords qui ont impliqué un large éventail de sociétés et d'organisations. Parmi celles-ci, Finnish Cable Networks, IBM, Motorola, CERN, Hewlett-Packard, Marconi, ARPANET, Microsoft, Samsung et Deutsche Telekom. Mais aussi, de nombreux domaines technologiques allant du Wi-Fi aux écrans tactiles et de l'informatique à l'écran LCD.

Histoire de l'innovation - banner

Rompre les codes des industries en faisant des affaires avec d'autres

Le fait que chacune de ces organisations ait accepté de faire des affaires avec d'autres n'a pas seulement servi leurs propres intérêts. Ces collaborations ont contribué à assurer un partage plus large de l'innovation. Cela a conduit au développement de produits et de services qui ont à leur tour profité à d'autres organisations. Par exemple, l'iPhone a donné naissance à l'App Store. Nom de domaine d'ailleurs offert à Steve Jobs par Marc Benioff, CEO de Salesforce. La plateforme a permis la croissance du marché du développement d'applications, dont la valeur est estimée à environ 80 milliards de dollars en 2020.

Des industries entières ont été perturbées par ce genre d'approche. Pensez à une application comme Uber. La société de covoiturage ne possède aucun actif. Il s'agit simplement d'une plateforme technologique qui, par le biais d'accords, regroupe la demande de transport. Et ce, tout en fournissant un service qui a eu un impact sur les villes du monde entier.

De même, le réseau social Instagram est une entreprise dont les revenus publicitaires s'élèvent à 9 milliards de dollars en 2018. Entièrement pilotée par les appareils mobiles! Waze, start-up de navigation, avec 110 millions d'utilisateurs mensuels a atteint une position dominante sur le marché. Comment ? En faisant en sorte que les utilisateurs acceptent de partager leurs données. Puis bien sûr, en agrégeant ces informations pour produire une représentation en temps réel du trafic.

L'innovation de Waze est d'avoir perturbé le marché de la cartographie. Tout cela, en créant un produit qui n'utilisait pas de capteurs extrêmement coûteux sur les routes pour détecter le nombre de véhicules, mais en montrant aux utilisateurs qu'en concluant un accord avec la société pour fournir des données de localisation, ils auront accès à un service supérieur aux autres.

Mise à l'échelle des produits pour constituer rapidement une base d'utilisateurs

L'un des grands avantages des entreprises de logiciels est que la mise à l'échelle de leurs produits a un coût marginal proche de zéro. En comparaison, il y a un coût fixe pour fabriquer plus de produits physiques. Fabriquez plus de voitures et vous avez les coûts des matières premières, des composants, des usines et des employés.

Mais les logiciels de mise à l'échelle n'ont pratiquement aucun obstacle économique. Qu'il s'agisse de logiciels de comptabilité d'entreprise ou d'une plate-forme technologique qui exploite les données. C'est pourquoi les modèles économiques des sociétés de logiciels dépendent en grande partie de la constitution d'une base d'utilisateurs aussi rapide et large que possible. Microsoft en est un bon exemple.

En 1980, la société a inclus dans le contrat du système d'exploitation (OS) qu'elle avait développé pour IBM une clause qui lui permettait de vendre le produit à d'autres entreprises. En un an, elle a vendu son système d'exploitation à soixante-dix autres entreprises. C'est sans doute cette décision cruciale qui lui a permis de dominer l'ère du PC.

L'accord le plus disruptif de l'ère moderne

Mais l'accord le plus disruptif de l'ère moderne est celui qui sous-tend la nature collaborative de l'innovation. Il s'est produit en 1991 entre l'informaticien Tim Berners-Lee et le CERN. Le CERN est l'institution universitaire suisse où il avait développé les technologies fondamentales qui ont donné naissance à l'internet. On y compte : HTML, URL et HTTP. Convaincus que le web devait rester libre et ouvert et ne pas être contrôlé par de puissantes entreprises, le scientifique et le CERN ont renoncé à tous les droits de propriété intellectuelle sur le code,  signifiant que n'importe qui pouvait l'utiliser.

On peut dire que cet accord est le fondement de l'ère moderne. Chacune des entreprises disruptrices de l'ère numérique n'a pu exister que parce que le CERN et Berners-Lee ont placé le web dans le domaine public. Comme Berners-Lee l'a dit depuis que cette décision a été prise, "C'est pour tout le monde". Sa vision de l'internet comme accessible à tous était ancrée dans un sentiment d'égalitarisme. Tout en prenant conscience qu'un accès illimité serait le meilleur moyen de stimuler l'innovation et le progrès. Une perspective qui a été menacée par la croissance de vastes entreprises technologiques dominantes qui ont concentré leur influence dans un nombre limité de mains.

Et, tout comme les accords ont eu une profonde influence sur le développement de l'industrie technologique, l'industrie technologique aura un impact sur l'avenir des accords.

Nous entrons dans une nouvelle ère d'autonomie - ou d'automatisation - qui exigera que les organisations posent différentes questions aux consommateurs.

Découvrez les 50 accords qui ont marqué l'Histoire de l'Innovation

ebook Histoire de l'innovation

 

Le monde des affaires repose sur des accords. Sans accords pas de développement, pas de partenariats, pas de capital, et même pas d'entreprises. Téléchargez ce livret digital retraçant des histoires d’innovation à travers les époques.

L'avenir des accords

Aujourd'hui, la technologie des véhicules autonomes peut être déployée dans des circonstances et des conditions favorables - le quadrillage d'une ville ensoleillée de l'Arizona, par exemple, plutôt qu'une nuit d'hiver humide d'une ville européenne dont les rues ont été conçues au Moyen Âge. Toutefois, les cadres réglementaires et juridiques sont extrêmement complexes et fragmentés ; un assureur pourrait se sentir à l'aise pour souscrire un véhicule autonome dans une petite ville moderne de l'Arizona, mais pas un véhicule qui circulerait dans les rues du Marais à Paris.

Pour que les véhicules autonomes soient largement adoptés par les consommateurs, il faudra élaborer une réglementation qui s'applique à de multiples territoires et domaines. Le fait d'accepter la confiance sera le principal facteur de déploiement d'une technologie qui devrait transformer la mobilité urbaine dans les années à venir.

Comment les accords seront menés

De même, la manière dont les accords sont conclus va changer. De plus en plus, les accords seront conclus à l'aide de la technologie des grands livres distribués, également connue sous le nom de "blockchain". Dans cette chaîne, les accords sont transparents et non centralisés et sont connus sous le nom de contrats intelligents ou de contrats auto-exécutoires. Comme le grand livre ne peut être modifié que lorsqu'il existe un consensus au sein du réseau, il est moins nécessaire de recourir à des intermédiaires - banques, avocats, processeurs de paiement - car il n'est pas nécessaire que des tiers centralisés authentifient et vérifient les transferts de valeur. L'idée est qu'un grand livre immuable peut réduire les cas de fraude, tandis que l'efficacité peut être améliorée grâce à des contrats intelligents qui automatisent une transaction entre des parties ayant des motivations très différentes.

Allons un peu plus loin. Aujourd'hui, une voiture moyenne est équipée de plus de capteurs qu'un avion de chasse militaire sophistiqué. Cette technologie dite de l'internet des objets pourrait être combinée avec la chaîne de blocage dans le cas de l'identité et des paiements. Un groupe appelé "Mobility Open Blockchain Initiative", qui regroupe des membres de trente grandes entreprises automobiles, dont Ford, General Motors, Renault et BMW, étudie un système d'identité basé sur la "Blockchain" pour tous les nouveaux véhicules, ce qui signifie que des données telles que leur propriété, leur kilométrage et les détails de leur assurance sont immuablement stockées dans la "Blockchain".

Ces données protégées par cryptographie pourraient ensuite être utilisées de manière autonome à des fins administratives et pour des services privés tels que la facturation, les péages ou le stationnement.

Que nous réserve l'avenir ?

Avec l'accélération des tendances technologiques, il est difficile de prévoir exactement comment les accords de l'avenir seront conclus. Mais il semble probable que deux grandes tendances se dessinent : une volonté d'ouverture accrue, combinée à une automatisation plus poussée. Une chose est sûre, cependant, le facteur clé de l'innovation dépendra de la créativité humaine. Il dépendra également de notre volonté d'accepter le changement.

 

Pour en savoir plus sur l'Histoire de l'innovation, parcourez ces ressources : 

Créatrice de contenu

Author

Amelle Mahmoudi

Créatrice de contenu

Published
Share this post