Nous nous sommes entretenus avec Frédéric Brousse, nouveau AVP Enterprise Sales Europe du Sud, arrivé en juillet dernier chez DocuSign. Il partage sa vision de son métier et de ses ambitions pour DocuSign. Frédéric est un passionné du secteur informatique, dans lequel il évolue depuis près de 25 ans. Il a décidé de rejoindre DocuSign pour travailler pour une entreprise dont les solutions ont un impact direct sur les utilisateurs finaux.

Pourquoi as-tu rejoint DocuSign ?

Pour moi DocuSign incarne la transformation digitale. Ses solutions permettent de changer totalement la manière dont les gens ont l’habitude de traiter leurs transactions, d’approuver leurs contrats, de communiquer et partager leurs documents. Je pense que peu d’acteurs aujourd’hui peuvent assurer que leurs outils changent la relation historique que les gens peuvent avoir avec un certain nombre de process, celui notamment de valider des documents ou signer des contrats par exemple.

De plus, l’entreprise est fortement portée par des valeurs de respect tant de l’humain que de la planète. Il s’agit d’une société très respectueuse de ses employés et de ses clients. Elle est portée par des valeurs très fortes et positives, qui sont une réalité. Certaines entreprises se donnent bonne conscience pour la planète ou ses collaborateurs, je trouve que chez DocuSign, il s’agit d’une réalité mise en œuvre au plus haut niveau.

Quel est aujourd’hui ton objectif pour DocuSign et comment comptes-tu y parvenir?

Mon objectif pour DocuSign est de développer l’adoption de nos solutions sur les marchés du sud de l’Europe, notamment en France, en Espagne, au Portugal et en Italie. Pour y arriver, je pilote une équipe de 13 personnes. Je trouve qu’il est important d’avoir à ses côtés une équipe pérenne, bien formée et bien accompagnée. Une équipe qui se sent bien et s’inscrit dans la durée, qui adhère aux valeurs de l’entreprise et qui évolue et aide ses collègues est essentielle. Cela a un impact positif tant chez nos clients que chez nos partenaires.

Peux-tu nous en dire davantage sur ce qui te motive au quotidien ?

Deux choses ont gouverné ma carrière : mon intérêt pour l’innovation technologique et mon appétence pour le développement humain, personnel et professionnel. Je suis admiratif de tout ce qui permet la transformation de notre monde et l’amélioration de la communication. Je fais partie de cette génération qui a vu le monde s’accélérer, se transformer et qui veut aujourd’hui être un acteur et un moteur de cette transformation.

Cela fait aujourd’hui près de 15 ans que je dirige des équipes commerciales. Je suis passionné par le développement du potentiel humain, le développement des carrières et des personnes. J’adore construire des équipes avec des profils vraiment différents et mixer des profils seniors et plus junior, avec des parcours et des origines différentes. Cela crée une émulation et des dynamiques d’équipes qui permettent de susciter auprès des plus seniors une ambiance dynamique, enthousiaste et innovante, et chez les plus jeunes, une maturité commerciale, une expérience et des savoir-faire de la part de personnes ayant fait ce métier depuis longtemps.

As-tu des exemples à nous partager illustrant ta vision du management ?

Au cours de mes précédentes expériences, j’ai décidé de faire travailler une personne très junior, sortant d’école de commerce, avec le commercial le plus sénior de l’entreprise. L’alchimie au début de la collaboration avait du mal à prendre puisque les approches et méthodes de travail étaient totalement différentes. Malgré cela, ils ont réussi à sortir les meilleurs résultats de l’année. J’en suis très fier.

Je pense qu’il faut cesser de considérer que les gens ne peuvent pas changer. On tend à classer les expériences et à mettre les gens dans des cases en considérant qu’en raison de leur profil, ils auront telles responsabilités ou telles limitations. Je considère que le rôle d’un dirigeant est justement de rendre ces changements possibles et de mettre les gens face à des situations qui vont leur permettre d’évoluer.

Comment comptes-tu accompagner tes équipes cette fois-ci ?

Vous savez, je reprends souvent la citation de Nelson Mandela, « cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse ». Je fais partie de ceux qui, en se retrouvant face à des situations difficiles, se creusent la tête pour faire en sorte qu’elle devienne réalité plutôt que de se retrouver indisposés face à une fatalité.

Au quotidien, je tire constamment parti de deux influences très complémentaires. La première, vient de Philippe Spruch, fondateur de LaCie, pour qui j’ai travaillé pendant deux ans aux USA. Philippe est un créatif et un innovateur génialissime. Il m’a insufflé la volonté de challenger le statu quo en permanence. C’est un vrai disrupteur qui sait et aime prendre des risques. La deuxième influence provient de mon passage chez Hitachi Data Systems et de la personne d’Emmanuel Villion. Emmanuel a énormément travaillé sur la fédération d’équipes, c’est également un grand pédagogue.

Dès que je me retrouve face à une situation complexe, je me demande comment l’un et l’autre pourraient se comporter devant de telles situations. Je pense que ces deux personnalités m’ont appris qu’il est important d’opérer un changement, mais qu’il est notamment essentiel d’embarquer ses équipes dans ce processus de changement. Mes équipes demandent constamment du challenge, ils souhaitent constamment être poussés et souhaitent à tout prix aller au-delà de leurs objectifs, monter sur des podiums et rayonner.

Comment se présente finalement une journée type chez DocuSign ?

Une journée chez DocuSign est très intense. D’ailleurs, aucune de mes journées ne se ressemblent. On interagit tout le temps avec beaucoup de monde, partout sur la planète. Il existe une telle dynamique et un tel engouement de la part de tous que l’un de nos grands challenges quotidiens est de chercher du temps pour se poser et réfléchir. Le rythme est certes soutenu mais il est très stimulant. Je me retrouve à partir le soir sans avoir forcément fait ce que j’avais prévu le matin en arrivant. Nous sommes certes très sollicités, mais c’est exactement ce que je recherche.

Pourrais-tu terminer en donnant un conseil aux jeunes qui viennent de rejoindre le marché du travail ?

Les jeunes aujourd’hui doivent considérer que la première étape pour bien rejoindre une entreprise est d’adhérer pleinement à ses valeurs. Ils doivent comprendre vite comment elle fonctionne et comment fonctionne son marché pour pouvoir le transformer. Rejoindre une équipe ne se limite pas à simplement exécuter ce qui se fait déjà. Il faut comprendre son modèle, sa dynamique et ses process pour les transformer et les améliorer. Je pense par exemple que DocuSign n’aura dans 5 ans rien à voir avec le DocuSign d’aujourd’hui.

Vous souhaitez rejoindre DocuSign ?

Consultez nos offres d’emploi à Paris et partout dans le monde